Croisière en Italie

Je m'étais promis d'y revenir, et c'est ce que je vais essayer de faire cet été, où toujours au départ du port de Martigues j'envisage, (si les vents sont favorables) de rejoindre Rome.
Si, comme je le disais plus haut, les vents sont cléments, le programme prévu est le suivant:

  • Croisière côtière de Martigues  jusqu'aux environs de Cannes à partir du début du mois de juin.
  • Traversée vers la Corse où nous passerons quelques jours.
  • Puis nous  rejoindrons l'île d'Elbe et son mouillage de Porto Ferraio très abrité et, espérons le, tranquille.
  • De là, nous rallierons le continent italien direction Rome en trois ou quatre étapes en passant par les îles Pontines.
  • Nous resterons sans doute quelques jours dans les environs de Rome (il faudra trouver un port), pour visiter cette ville.
  • Le retour se fera par le même chemin aux environs de la fin juillet début août, ce qui permet d'éviter les traversées nocturnes que je n'affecte pas trop en équipage réduit!
Voilà, si tout va bien ce que nous avons prévu. Il s'agit d'un programme chargé, et soumis bien entendu à des aléas qui pourraient le modifier si c'était nécessaire. Ma philosophie en la matière consiste à me fixer un objectif, mais je ne m'y accroche absolument pas: Le bateau c'est avant tout du plaisir, et celui ci ne doit pas être gâché par un défi souvent stupide si par exemple les conditions météo changeantes de la Méditerranée nous obligent à le modifier, voire à l'annuler.

La préparation de Mistral gagnant

Dès notre arrivée au port de Martigues, nous avons commencé à préparer le bateau qui sortait de longs mois d'hivernage. La liste des tâches à accomplir est longue, longue, et rassurez vous,  je vous en épargnerai tous les détails. Cela fait maintenant bientôt une semaine que nous sommes là, et il ne reste plus "que" le carénage, retardé pour des raisons de vent vraiment très violent. Il est en effet plus que risqué de se rendre dans la cale de grutage avec des rafales à plus de trente noeuds, et la prudence nous fait attendre des jours meilleurs amarrés tranquillement au port. Depuis une semaine le mistral souffle vraiment très très fort, et si une accalmie se dessine nous sauterons sur l'occasion pour nous rendre au port à sec de Martigues où se déroulera l'opération de carénage. Météo France nous promet une diminution du vent à partir de samedi 22 mai, aussi en attendant nous faisons quelques promenades dans ce magnifique arrière pays de la côte bleue qui commence au cap Couronne (oui, oui tout près de Fos sur Mer et de ses usines!), pour se terminer à Marseille


Vue du port de Martigues

Port de Martigues Ferrières
Cette photo prise depuis le pont auto-routier qui enjambe le canal de Caronte montre la situation privilégiée de ce port enchâssé dans cette superbe cité connue aussi sous le nom de Venise provençale

Le port de Carro

Port de Carro
Superbe petit port de pêche au pied du phare de cap Couronne, on peut y faire son marché de poisson frais.

Le petit village de Saint Pierre

L'église de Saint Julien
Situé entre Martigues et la Méditerranée, c'est une vraie carte postale de la provence

Une vue des paysages provençaux près de Martigues

Ce n'est pas le moindre des étonnements que de trouver ces superbes paysages si proches des usines de Fos sur Mer et de Marseille!

Le vent est tombé!

Après une semaine de mistral rageur, qui allait jusqu'à faire fortement gîter le bateau dans le port, le calme est enfin revenu! Le  soleil est là, et avec lui l'envie de larguer les amarres! Aujourd'hui mise en place et réglage des 3 ris de la grand voile (qui se prennent depuis le cockpit). Le retour dans le cockpit des 6 bosses de ris semble compliquer les manoeuvres, mais en fait le confort et la sécurité procurés par ce dispositif  sont tels que la prise de ris par vent fort ne pose aucun problème et se fait presque confortablement à l'abri dans le cockpit. En 2005 j'ai eu l'occasion de tester de manière séquentielle l'ensemble du système en raison d'un vent dont la force est montée à un bon 7 entre Corse et continent, et croyez moi j'étais bien content de faire toutes les manoeuvres depuis le cockpit!
Mais avant de partir le carénage est le passage obligé, et ce n'est pas forcément une partie de plaisir, car le nettoyage de la coque qui porte les stigmates des mois d'hiver n'est pas toujours très facile. La montée au port à sec se fait demain dimanche, et la remise à l'eau en principe mardi. Je dis en principe car il y a un si grand nombre de rendez vous décalés pour cause de mauvais temps que des retards sont encore possibles. Enfin nous verrons bien! Si tout va bien (et surtout la météo!), le départ pour Porquerolles est prévu à la fin de la semaine prochaine.

Les derniers préparatifs

La remise à l'eau s'est bien passée après seulement deux jours de travail intense au port à sec.
Nous procédons aux derniers réglages avant le départ vers l'est la semaine prochaine. Nous allons attendre la fin du coup de vent en cours (encore un en deux semaines à peine!), mais rien ne presse, la date butoir étant celle du 13 juillet où nous devons être à Rome, et nous avons donc pas mal de temps devant nous pour rejoindre cette destination. En attendant c'est repos, et loisirs avec les animations festives  de Martigues, et quelques promenades dans l'arrière pays.
Aujourd'hui mercredi 2 juin le mistral souffle toujours fort et froid, mais devrait enfin se calmer la nuit prochaine! Si tel est le cas, nous partirons demain matin en direction de La Ciotat où nous pourrons peut-être ancrer dans la baie pour passer la nuit. 

C'est parti!

Le temps enfin favorable nous pousse vers la mer! Notre première étape nous conduit tout d'abord à La Ciotat où nous passons la nuit devant la plage, "bercés" d'un bord sur l'autre toute la nuit par une petite houle, restes du coup de vent de vent qui soufflait encore la veille dans les parages. Le lendemain départ au petit matin pour le port de Toulon, où nous attend une correspondance ferroviaire. Il convient de mettre l'accent sur l'excellent accueil qui nous a été réservé dans ce port. Puis c'est en solitaire que l'île de Porquerolles  est rejointe pour deux jours de repos au mouillage dit de la Plage d'Argent, avant de repartir (avec un petit vent d'Est Sud-Est), pour le port de Cannes où, là aussi le meilleur accueil m'a été réservé. Une nouvelle correspondance ferroviaire va, ici reconstituer l'équipage complet de Mistral Gagnant, en attendant une fenêtre météo favorable pour une traversée vers la Corse. Ce ne sera sans doute pas pour cette semaine, tant les prévisions du 9 au 12 juin sont pessimistes! Du vent d'Est Nord Est va souffler jusqu'à force 7-8 et il n'est bien évidemment pas question d'entreprendre une traversée dans ces conditions. Heureusement le port de Cannes et sa situation privilégiée tout près du centre ville nous offrent de nombreuses possibilités de visites et de balades. De plus, la ville de Cannes offre un WI-FI gratuit que l'on capte depuis le bateau qui nous permet notamment de suivre l'évolution de la météo comme à la maison!

La météo n'est décidément pas favorable!

Après quatre jours passés à Cannes, une accalmie semble enfin se faire jour, et nous décidons de quitter le port dans la soirée pour nous rendre au mouillage entre les îles de Lérins afin de traverser le lendemain en mettant le cap sur Calvi.
Arrivés au mouillage, nous subissons cependant une petite houle que j'attribue tout d'abord aux très nombreux bateaux  à moteur qui vont et viennent dans les parages, et ceci ne m'inquiète pas outre mesure, pensant que la nuit venue tout rentrerait dans le calme...Mais en fait, c'est toute la nuit que nous avons ressenti cette petite houle qui semblait venir du Sud Ouest
Aux alentours de trois heures du matin nous quittons le mouillage et mettons le cap sur la Corse où nous comptons arriver vers 20 heures. Mais il a fallu bien vite revoir nos prévisions, car cette petite houle ressentie toute la nuit, était en fait, au fur et mesure que nous allions vers le large une houle d'Ouest de plus d'un mètre fort désagréable! Après deux heures de navigation inconfortable, (sans vent et houle de travers), nous avons décidé de remettre cette traversée à plus tard, car je n'envisageais pas de nous faire secouer pendant vingt heures. Nous avons alors mis le cap sur Menton, et l'allure est devenue tout de suite bien plus confortable! Arrivés à midi dans le port de cette très belle ville où nous avons étés très bien accueillis nous avons goûté un repos bien mérité.
 

Menton nous retient!

Nous pensions ne faire escale ici qu'un ou deux jours en attendant une amélioration de l'état de la mer. Mais encore une fois cette capricieuse Méditerranée allait en décider autrement! Les 15 juin et 16 juin de violents orages remontant du sud de la Méditerranée ont éclaté tout le long de la côte faisant les ravages hélas humains et matériels que l'on sait. Puis, du 17 au 21 juin le vent d'EST puis d'Ouest s'est mis à souffler sans discontinuer nous immobilisant au port où nous avions eu la chance de nous réfugier. Nous en avons profité pour (re) visiter cette fort belle ville tout en restant à l'affût de bonnes conditions météo pour la traversée. La consultation régulière de Navimail par le biais du WIFI de la ville permettait de suivre en temps réel l'évolution de la météo, car après ce mauvais temps il était hors de question de partir vers le large avec un petit bateau sans une météo "béton". Je dois signaler ici la richesse des informations fournies par Navimail, et après huit jours passés à utiliser ce logiciel et à recouper les informations fournies avec le temps réel observé,  j'ai essayé de mieux comprendre tout le parti que l'on peut tirer de cet outil vraiment formidable. Alors je sais, vous allez me dire qu'à trop regarder la météo, on se retrouve à chercher des condition idéales de navigation et que l'on n'avance pas beaucoup! C'est vrai, il faut le reconnaître, mais pour qui privilégie la sécurité et le confort, notamment lors des traversées en Méditerranée, c'est l'outil de prédiction qui couplé avec d'autre sources permet d'envisager plus sereinement des traversées au large. Lorsque le temps est perturbé comme il l'était à cette époque de l'année, il convient de rester très prudent et de ne jamais partir sans une bonne couverture météo. J'ai encore en mémoire mon retour Calvi Cannes  en Août 2005 où je me suis fait cueillir au large par un bon 35 noeuds établi de Sud Ouest qui nous a secoués et rincés plus que de raison!
Cliquez pour agrandir l'image



Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image


Site web créé avec Lauyan TOWebDernière mise à jour : samedi 21 octobre 2017